C’est MESTER qui a été le premier à découvrir, accidentellement en 1967, la propriété des lasers à améliorer la repousse de poils chez des souris. Il leurs avaient rasés le dos et voulait savoir si l’irradiation laser pouvait  leurs déclencher un cancer. Il remarqua que les souris ne développaient pas de cancer mais que les poils repoussaient plus vite chez les souris traitées par une source laser à 694nm par rapport au groupe témoin sans irradiation.

C’était la première démonstration de la photo-biostimulation.

Depuis plusieurs études ont montrées que le laser de faible intensité (LLLT) et la lumière dans le proche infra rouge pouvaient stimuler des fonctions cellulaires et certaines études ont suggéré l'utilisation des Light-Emitting Diodes (LEDs) comme un moyen possible pour traiter l'alopécie, en particulier l'alopécie androgénétique1 (AGA) et l'alopécie areata (AA).

L’effet de photo-biostimulation, notamment induite par les LEDs, joue un rôle important dans la réparation tissulaire et l’inflammation chronique.